LA MERE FRANCOIS  -  Sculpteur

La Mère François s'approprie fil de fer, plâtre ou résine et construit des créatures féminines étonnamment longilignes, dont les os pointent comme des bréchets, dont les seins s'affaissent et dont les bouches bardées de lipstick béent et aspirent.

Grand format

A l'opposé de toute idée de séduction, comme recluses au purgatoire du délaissement sexuel, la Mère François exhibe ce surprenant cortège humain en technicolor un peu comme ces « freaks » que l'on montrait autrefois dans des roulottes de foire. Au delà des paillettes du paraître et des poitrines siliconées d'un éden hollywoodien, les sculptures de la Mère François sont un farouche pendant à la représentation conformiste de la féminité.

 
Grand format

Emily François préfère s'appeler "la Mère François".
La faune de la Mère François est composée d'hommes épais, bedonnants dans des vêtements étriqués, de femmes difformes aux seins pendants, affalées sur des fauteuils, écrasés par leur propre poids, les épaules exagérément relevées presque comme des ailes.
"C'est pour pouvoir s'envoler dans l'espace!" dit-elle.
Alors l'espoir n'est pas perdu