ACTUALITES

La Galerie du Loup est ouverte toute l'année et tous les Week-end de 14 à 19h

Communiqué Galerie du Loup

LOUP-KAZ n° 67

Chers abonnés,
Après la percée magistrale d’Emmanuel Macron et avant le grand chamboule-tout électoral,
voici notre dernier numéro en marche vers les vacances. En marche aussi vers le décryptage de cette République “nouvelle” dont on ne sait si elle nous mènera vers des rivages apaisés mais qui a déjà une réussite à son actif, celle d’envoyer à la maison de retraite bon nombre de poli-tocards, de flibustiers, de bustarins, de cumulards du radicalisme, du trotskisme ou d’adeptes du détournement d’argent public en bandes organisées.
Goûtons ce moment de divertissement  avant que les vieilles lunes ne viennent clore cette parenthèse romantique.
Bonne lecture et bonnes vacances.
 
Phil et Jean-François Donny
 

 

LOUP-KAZ


Juin
2017

 

Page 1   Page 2

LOUP-KAZ n° 66

Citoyens, citoyennes,
Notre numéro de printemps vous fera voyager de Trump à Giscard
avec ce ton qui est le nôtre pour traduire le burlesque de notre modernité.
 Il coïncide avec la mort de Chuck Berry, le père du rock, et l’attentat de Londres
évènements tragiques qui viennent nous rappeler nos fragilités.
Bonne lecture.
Phil et Jean-François Donny
 
Phil et Jean-François Donny
 

 

LOUP-KAZ


Mars

2017

 

Page 1   Page 2

Keep on rocking and fucking just like Chuck did!


Extrait de “Les Dieux du rock” par Phil Donny Editions Autour du Livre 2010

-------------------------------

Caca à Artem, le 28 janvier 2017


     Madame, Monsieur,

     C’est sous la glaciale et impressionnante verrière aux couleurs rose tyrien et bleu turquoise que nous avons remis la couronne de notre Mouvement et élevé au rang de “Grand Chevalier Caca”, Christian Debize, le directeur  de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art et de Design, l’école de Nancy située sur le campus flambant neuf d’Artem.
    Celui qui ne répond pas à nos courriers et à notre proposition de communication, ne pouvant échapper à notre présence, a consenti à nous recevoir un petit quart d’heure.
     Nulle surprise lors de cet entretien sinon une certaine amertume chez celui qui incarne le lourd passif de sa génération.
     Par la magie de l’argent du contribuable et des déficits publics, les étudiants ne manqueront de rien dans ces vastes locaux aux larges baies vitrées et aux murs en béton minimaliste. Ceux-ci auront pour seul viatique, l’injonction d’aller de l’avant, de sauter dans la béance de l’avenir, et de prendre tous les risques avec pour seul encouragement les paroles creuses de ceux qui n’ont de foi que la mauvaise.
     A l’école de Caca, nous aurions pu les avertir de ce qui les attend si les esprits plutôt que les portes s’étaient ouverts ce jour là.

En pièce jointe, la lettre qui témoigne de notre don et de notre élévation.
De la nourriture pour l’esprit encore et encore.

Bourriquet BELLEQUEUE, candidat CACA à la présidentielle


 
Pour un cacapitalisme illimité, drôlement sérieux et sérieusement drôle
Pour des âneries contemporaines 24h/24h, toute l’année, pendant des siècles et des siècles
Pour des avancées sociétales encore jamais conquises
Pour la liberté du commerce, pour l’idiosyncrasie, contre les idéologies
Pour placer un jeune (17 ans) qui a de la fougue à l’Elysée
Pour tirer par les antérieurs la carriole du peuple vers l’infini prometteur
Pour en finir avec le passé
Pour une France postmoderne radieuse
Bourriquet BELLEQUEUE, celui qui ne recule jamais

VAGINATOWN, le groupe de Jérémie,  neveu de Phil et fils de Jean-François,
vient de sortir un album (11 Love Songs) qui s’est fait remarquer
par Rock & Folk, article dans le numéro 592 (Spécial 50 ans) de décembre 2016
et vient de donner un concert aux Transmusicales de Rennes.
 
 
 Leur disque est à écouter sur le label Kythybong....sur le net

Ils ont eu les honneurs de France Inter, dans l'émission de Frédéric Pommier
"La Semaine Culturelle" du 9 décembre 2016

-------------------------------

LOUP-KAZ n° 65

Chers zabonnés,
Révolution permanente, innovation permanente, usurpation permanente, sont les itérations qui tournent
en boucle et nous incitent à nous engouffrer dans la béance du futur avec entrain et gaieté.
Le fait nouveau exige l’expansion permanente mais qui pourra nous dire quel effet aura ce catéchisme athée
et cette eau bénite chargée en matière organique pour faire face à l’entropie.
Après nous le déluge, pas vrai!
Encore un  beau et grand numéro de Loup-Kaz.
Bonne lecture et n’oubliez pas de donner le bonjour à cette ordure de Père Noël.
 
Phil et Jean-François Donny
 

 

LOUP-KAZ


Décembre

2016

 

Page 1   Page 2

-------------------------------

Parution de “Siècle de merde”  
 
Chers tous,
Ce vade-mecum artistique, signé de deux artistes emblématiques français, le poète Réza Afchar Nadéri (textes et slam) et le peintre Phil Donny (oeuvres graphiques) met en scène les oeuvres et les performances majeures du génie contemporain à 4 pattes de renommée mondiale Bourriquet Bellequeue.
 
Ce précis de cacalogie de 25 pages bien torchées et apodictiques est la voie la plus gracieuse pour comprendre le cachaos mondial, celui du verbe (la lavasse politicienne et cultureuse)
et celui de l’image (la merdouille plasticienne et son collecteur design).
Il tient lieu de programme au candidat élitiste Bourriquet Bellequeue qui va se lancer dans la course présidentielle très prochainement.
 
Artistiques et amicales salutations.
Phil Donny
 
25 pages format 21 x 29,7 au prix de 5 €, 6,5€ avec port - tirage limité
à commander auprès de Phil Donny - Galerie du Loup – 55300

-------------------------------

LOUP-KAZ spécial perfomance 2016

Chers abonnés,


     Nous nous retrouvons pour un Loup-Kaz spécial, entièrement consacré à la performance du Mouvement Caca, place Stanislas à Nancy.
     Celle-ci fut magistrale avec le couronnement du roi et démonstration est faite que le Mouvement Caca est bien le mouvement d’avant-garde qui disqualifie et dépasse tout un art contemporain du 20ème siècle s’inspirant de Duchamp et de Warhol.
     Dans le prolongement de cet acte génial, nous avons proposé à M. Bernard Blistène, directeur du MNAM et ami personnel de Jeff Koons (le Trump de l’art) de faire l’acquisition de notre chef-d’oeuvre “La Mariée Royale” pour la somme modeste de 50 000€. Nous souhaitons aussi devenir son ami personnel.
     Phil Donny a également adressé une lettre à M. Christian Debize, directeur de l’ENAD de Nancy, pour présenter le Mouvement Caca aux étudiants de son école.
     La machine culturelle Caca est maintenant lancée sans limites dans une thermo dynamique à faire jouir les plus coincés, qui n’ont pas encore compris que la transfiguration de l’anal a remplacé la transfiguration du banal.

L’éducation, l’éducation.....vous dis-je!
Bonne lecture et bien à vous.
Phil Donny et Bourriquet Bellequeue

Nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont soutenus dans cette belle aventure humaine,
intellectuelle et artistique.
Nous n’avons par contre bénéficié d’aucun soutien de la part de ceux, nombreux, qui occupent une fonction dans la culture. Ces derniers mots sont à chier.
Elle est pas belle la France!

 

LOUP-KAZ

 

Spécial

Performance

Place Stanislas


Septembre

2016

Page 1   Page 2

-------------------------------

LOUP-KAZ n° 64

Chers abonnés,
Ce numéro est entièrement consacré à notre Maman qui vient de disparaître, la mort ayant frappé au vantail
de sa porte le 17 juillet. Avec elle, c’est un monde qui prend fin, celui des 30 “glorieuses” et de ses valeurs de travail, de famille et de patrie. Ces valeurs républicaines que l’on a volontairement assimilées au pétainisme, nos parents nous les ont transmises avec l’esprit d’ouverture et de respect qui était le leur. Depuis les 30 “glorieuses”, nous avons vécu les 30 “piteuses”, puis en 2001, nous sommes entrés dans les années “Caca”.

 Le monde a adopté d’autres valeurs, celles de l’argent et de la communication...en réseau....mafieux?
Certains courent après ces valeurs perdues de la République quand se profile une élection présidentielle aux nombreux petits coureurs, avec de petits mollets, le souffle court, au slogan menteur et la promesse facile de transformer la merde en or!
 
Nous redoutons ce temps de merde, d’avidité et de démesure,
comme en cette Amérique aux gaz de schiste, en voie elle aussi de gazéification.....
 
Yes my son, quand Trump pète, les gaz sont hilarants!
Pour l’heure, place et honneur à ceux qui nous ont aimés
et qui ont humblement accompli leurs tâches sur cette belle planète.
Le combat continue. Bien à vous.
 
Phil et Jean-François Donny
 

 

LOUP-KAZ


Septembre

2016

 

Page 1   Page 2

-------------------------------

Le Mouvement Caca atteint les sommets sur la Place Stan à Nancy



Chers lecteurs, chères lecteuses,


     Nous partîmes une petite dizaine et ils furent plus de mille sur la célèbre place du 18ème à applaudir notre performance géniale.
     Bravant la machine culturelle et les zélés plasticiens de la politique qui la financent, affrontant la grosse artillerie médiatique et un dispositif sécuritaire exceptionnel, notre petite équipe a enfin pu conquérir un public enthousiaste et dithyrambique, découvrant pour la première fois ce qu’on lui cache habituellement.
     Même le docteur Rossinot, grand manitou nancéien, qualifia, dans un moment de lucidité, Phil Donny (votre serviteur) de “génie”. On aurait tort de ne pas dire que Mr André a raison sur ce point et je profite pour le remercier ainsi que les élus (nos fameux plasticiens) d’avoir joué la carte de la tolérance et du respect et de ne pas s’être compromis dans une interdiction contreproductive.
     Le Mouvement Caca (et sa petite équipe) put ainsi introduire dans l’écrin majestueux de la place, son chef-d’oeuvre Caca, “la Mariée Royale”, sculpture péripatéticienne et les emblématiques “Lady Caca” et “Mr Tête de Merde”, sises de chaque côté de Stan.
     Esthétique, drôle, interrogatif, eschatologique, l’esprit Caca régna sans partage ravissant les publics.
     A l’heure où les écrivains et les penseurs du Cac 40 risquaient leur vie planqués derrière un mur de livres et faisaient leur petit commerce, au moment où Bernard Pivot et ses amis du comité Goncourt, essuyaient leurs babines empourprées d’une sauce quenelle tenace, ce démon de Phil Donny sortit et déplia une gaule de plus de 7,50 m, y accrocha une couronne royale dorée à la feuille, l’éleva bien raide dans l’azur nancéien aussi profond qu’un ciel afghan (hommage au commandant Massoud), et la déposa sur la perruque du roi déchu de Pologne.
    Le geste fut magnifique et il restera dans l’histoire de l’art et de l’or dur

Pour accéder à l'excellent article sur l'événement sur le site Wukali de Pierre-Alain LEVY,
n'ayez pas peur de cliquer sur le tas de crottin ci-dessous

-------------------------------

Voici ma dernière production picturale pour une commande privée (juin 2016):

Copie du tableau “Paysage hivernal au trébuchet” de maître Pieter Bruegel.
Huile sur toile de 73 x 116 cm (collection privée)
 
L'original aux Musées Royaux
des Beaux-Arts de Belgique à Bruxelles
Séquence vidéo de 1'43 sur Youtube
Emission "d'Art d'Art!"

-------------------------------

CACA plébiscité sur le “rond d’or” d’Artem à NANCY (acte 3)



Performance du mercredi 8 juin 2016


     C’est à l’aube naissante que le Mouvement libertarien Caca, a déposé son effigie emblématique sur le “rond d’or” du campus d’Artem.
     Prônant un art sans limite in situ, Caca appose sa marque ultra contemporaine dans la ville de Nancy
et prêche pour un cacapitalisme au delà du bien et du mal. Mr Tête de Merde, drapé dans ses stripes rouges et blanches et ses étoiles tombées au sol, appelle les uns et les autres à vivre selon ses principes sans limites et les lois primitives de la jungle.
     Devenu aussi impérial que Google, le moteur de recherche des transhumanistes de Mountain View, Caca met en boîte tout le monde. Lequel d’entre nous peut en effet se passer de Google ou de Caca?


Caca reviendra dans la métropole nancéienne en septembre pour une performance époustouflante.
Pour la réaliser, nous faisons appel à votre soutien moral et financier.
Adresser vos dons à
Phil Donny et Bourriquet Bellequeue
Galerie du Loup 55 300 LOUPMONT

-------------------------------

Hugo Ball et Dada à Verdun plutôt que Black M.....

“La boucherie s’amplifie et on s’accroche fermement au prestige de la magnificence européenne (....)
On ne pourra nous obliger à gober, et encore avec plaisir, ce maudit pâté de chair humaine qu’on veut nous servir (....) Il faudrait par contre reconnaître que nos réactions restent extrêmement polies.”
Hugo Ball (16 juin 1916)


     Voilà ce qu’un artiste du Mouvement Dada écrivait quand ses petits copains se faisaient trucider sur le champ de bataille de Verdun (1000 morts par jour).
     Un autre artiste, le polémiste autrichien Karl Kraus qualifia cette bataille de Verdun “de charnier cosmique”. Ces deux artistes avaient un génie commun, celui d’avoir entrevu que le langage lorsqu’il devient vide et coupé du réel permet de justifier tout et autorise la pire des barbaries.
     100 ans plus tard, le langage de nos élites politico-médiatiques pue la lâcheté et la turpitude et le cas de Black M est emblématique de cette dangereuse dérive langagière qui tient lieu de vérité absolue. A l’aune de cette vérité branchée, certains bénéficient d’un bonus (les minorités reconnues) tandis que les autres minorités (moins reconnues par les procureurs autoproclamés) sont irrémédiablement frappées d’infamie.
     Le microcosme politico-médiatique fonctionne à ce petit jeu du consensus et de l’anathème depuis trop longtemps et on constate les désastreux résultats  de cette morale sadienne, celle qui ouvre à toutes les tolérances, celle qui cède à tous les impératifs moraux sous couvert de liberté d’expression.
     Le rap, l’art contemporain, le spectacle permanent, les revendications illimitées, la dérive ultralibérale, toutes ces fictions masquent mal le réel et les menaces qu’il traîne dans son éternel retour.
     Le maire de Verdun et tous les républicains d’opérette, plasticiens de la politique, de gauche comme de droite, se sont fait taper sur les doigts et c’est bien fait pour eux.
     Il serait temps qu’ils comprennent enfin qu’on ne peut pas faire la fête au-dessus de 300 000 cadavres qui n’étaient pas tous blancs, ne l’oublions pas!
     Il faudrait par contre qu’ils reconnaissent que nos réactions restent extrêmement polies!

Phil Donny
 

Pour mémoire et pour le respect de la dignité des victimes de la boucherie de 14 – 18,
je rappelle l’évènement Caca du 21 février 2016

CACA à nouveau dans son écrin d’Artem à NANCY (acte 2)

     Mêlant performance, street art, design, questionnement et esthétisme en un seul mouvement, Caca innove une fois de plus sur le “rond d’or” d’Artem (lundi 2 mai 2016).
     Comme ses illustres prédécesseurs contemporains, Caca s’empare et pare l’espace urbain du Grand Nancy, métropole intelligente d’avenir.
     Caca est un Art Supérieur Sacré (ASS) qui n’est pas pour les constipés du cerveau mais si vous ne venez pas à Caca, c’est Caca qui viendra à vous.
     Dans l’attente des deux interventions à venir, goûtez à la beauté présente et sublime de notre Lady.

Avez-vous renoncé à votre rêve de beauté? Nous, non!

Matteo (8 ans) et Damas (7 ans) très réjouis et très “Caca friendly” Lady Caca et le Sergeant Blandan

“Après avoir rempli les poubelles de l’histoire de ses cadavres avec ivresse,
l’humanité emplit celles de son avenir au rythme de l’accélération logarythmique
de ses productions industrielles et plastiques et de son entropie.
Avec ivresse, elle boit jusqu’à la lie à la cave pompeuse du post-modernisme.
Caca est pour la profusion de la marchandise spectaculaire.
Qu’elle nous inonde, nous submerge et nous étouffe puisque tel est notre destin
dans cet univers glorieux de l’accumulation spectaculaire. »

Phil Donny (crétin illimité) et Bourriquet Bellequeue (crottin sublime)

-------------------------------

Caca Debout sur le Rond d’Or d’ARTEM à NANCY
 

Madame, Monsieur,
Si la météo le permet, le Mouvement Caca présentera une oeuvre emblématique
(lundi, mardi ou la semaine prochaine),
“Lady Caca”, sur l’écrin doré de nos amis Blazy-Kokène.
 

 
Ce sera l’acte 2 de notre performance art street d’Art Supérieur Sacré (ASS)!
Une façon originale, unique et géniale de contredire les perroquets de l’Art Con
qui pensent encore comme Duchamp et comme au siècle dernier!
 

Non, ce n’est pas le regardeur qui fait l’œuvre ou le tableau, c’est l’œuvre ou le tableau
qui prend de la hauteurou qui n’en prend pas par rapport au regardeur.
 Sublime, l’œuvre n’en a rien à foutre de celui qui le regarde,

de sa suffisance, de son insuffisance ou de sa nullité.

Une œuvre nulle atteindra le carré de sa nullité en présence de n’importe qui.
 

Bien à vous 

Phil et Bourriquet

-------------------------------

CACA transcende de son génie, le 1% artistique d’Artem à NANCY (855 000€)

Ce que Caca révèle
 

     Interface avec le monde spectaculaire et le monde que l’on cache à la vue, une plaque d’égout dorée à la feuille d’or invite à regarder d’une autre manière le monde, à bouleverser sa vision et à penser cette inversion que la merde est peut-être de l’or alors que les créations de luxe et de design sont (à court terme et à coup sûr des déchets) destinées à remplir les poubelles de notre post-modernité.
 
     Sans le dire, les anartistes Michel Blazy et Djamel Kokène signent et singent CACA, en confirment sa vision eschatologique et lui déroulent le tapis doré, celui de l’officialité.
 

Ecrin idéal pour les oeuvres de design de l’âne-artiste Bourriquet Bellequeue, le rond d’or n’est pas pour autant justifié.
La proclamation de CACA restera un évènement majeur dans l’histoire de l’art tandis que la bouffonnerie des ânes à deux pattes de la Villa Arson* est marquée du sceau de l’obscénité artistique, celle encouragée par un totalitarisme culturel d’arrière-garde au service d’un relativisme ultra-libéral et impérial qui ne doit sa survie qu’aux plasticiens de la politique décomposée, ceux qui ont inventé le Front National pour continuer à faire leurs grimaces.
 
La gratuité de Caca et l’escroquerie du 1% artistique: 855 000€
 
On peut cependant s’interroger sur ce projet proposé par 2 ébranleurs de l’art formés à la Villa Arson*, avalisé par un système officiel (élus + fonctionnaires de l’art) et se demander s’il est vraiment digne d’un campus d’excellence et respectueux de ses étudiants? Que diront ces derniers de son rapport qualité prix qui tend vers le zéro?
Est-ce bien là.....et je m’adresse aux potentats locaux....ce qu’on laisse en héritage, cette minable escroquerie, cette blague de potache, cette gâterie démagogique, cette trumperie niveau crottes de chien. La belle ville de Nancy en manque de réalisations contemporaines ne mérite pas cette nullité affligeante et quelle image pour le “Grand Nancy”.
 
When the lie gets as big as Bourriquet’s dick
 
D’égouts et des couleurs, on ne discute pas écrivait Nietzsche.....mais du prix certainement et de la manière très certainement, surtout aujourd’hui.
CACA reviendra sur le rond d’or..... et ailleurs.....et il auréolera de sa présence ceux qui lui ont déroulé le tapis doré de la notoriété, tout ce cartel politico-culturel d’Ancien Régime, ce ventre mou doré à la feuille qui accroît les inégalités, affaiblit notre démocratie et dont le blason a perdu tout éclat.

“Nous sommes les Mères de l’Invention et le temps est advenu des Anus Dorés” claironnent les anges de la déconstruction.

* à l’intention des béotiens, la Villa Arson est une anti-école d’anti-art dont un des anti-professeurs (Arnaud Labelle-Rojoux) a eu la géniale idée de rendre hommage à la peinture en peignant avec sa bite ....un cochon.....

-------------------------------

Performance Caca du 21 février

-------------------------------

Communiqué Galerie du Loup


La catégorie du “sous-artiste” est-elle conforme aux valeurs de notre République?
L’injure publique est-elle réservée à une race supérieure d’affranchis?


     Le 10 avril 2015, le conseiller régional UDI Jean-Luc Bohl, président de Metz-Métropole et ardent défenseur du Centre Pompidou Metz m’a traité de “sous artiste” en séance plénière du Conseil régional de Lorraine.
Suite à cette insulte, j’ai pensé mettre cette affaire entre les mains de la justice, option vite oubliée par manque de moyens financiers. (voir plus bas...)
     Dans un courrier adressé au président Jean-Pierre Masseret et à tous les élus (lettre du 21 mai), j’ai demandé que mon diffamateur fasse amende honorable et  présente ses excuses. Ce geste d’apaisement n’a pas été fait et M. Bohl a persisté dans son déni, attitude indigne d’un responsable politique de son niveau.
     Il contrevient en toute conscience aux principes fondamentaux de notre constitution à savoir le droit au respect et à l’égalité de chacun.
     Il inscrit dans les paroles et les actes une discrimination digne des pires tyrannies modernes et instaure
un apartheid entre artistes officiels du réseau et les “sous artistes” ou “artistes dégénérés” comme on disait en des temps obscurs.
     Le président Jean-Pierre Masseret (PS) dans un mail qu’il m’a adressé le 1er juin 2015 désapprouve l’élu UDI en ces termes: “Nous condamnons en effet les propos tenus par Monsieur Jean-Luc Bohl.
     Nous continuerons d’insister pour que des artistes régionaux puissent être accueillis dans un espace du Centre Pompidou Metz.

Bien à vous.


     Pour réflexion, je vous livre cette citation référence de l’écrivain Charles Péguy, ardent dreyfusard, extraite de Notre Jeunesse (1910):
     “Une seule injure à l’humanité, une seule injure à la justice surtout si elle est universellement, légalement, nationalement, commodément acceptée, un seul crime rompt et suffit à rompre tout le pacte social, tout le contrat social, une seule forfaiture, un seul déshonneur suffit à perdre, d’honneur, à déshonorer tout un peuple.”    Notre Jeunesse (1910)

     ...et je fais savoir aux uns et aux autres que ce flingage n’honore personne et qu’il vient confirmer la violence d’un système culturel bureaucratique à bout de souffle.
     Ce système inquisitorial dont souffrent les artistes et soutenu à coup de millions d’euros publics doit cesser et les propos de négation de M. Bohl ne doivent pas restés impunis.
     Après la tuerie du 7 janvier 2015, cette atteinte à ma liberté d’expression est inexcusable.
     J’avertis que, dans ces conditions, il serait inopportun que le nom de M. Bohl apparaissent sur une liste UMP-UDI lors des prochaines élections régionales.

Phil Donny
Peintre, poète, philosophe, polémiste et prostitué

---------------------------

Parution du livre de poésie de Reza AFCHAR-NADERI

"AUBE NOUVELLE, POETES LIBERTAIRES D'IRAN"

21 illustrations nb et couleurs de Phil DONNY


Les auteurs à la mosquée de Paris

------------------------

LOUP-KAZ Spécial

Le parcours Charles PEGUY à LOUPMONT-MEUSE

 
Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs,
 
     Nous vivons une époque formidable, emplie de bonne humeur et l’hypothèse d’un monde de détente, de vacances illimitées, d’un Eden où il fait toujours chaud et où tout le monde s’encule est proche d’être réalisée.
     Ce numéro spécial met en parallèle ce monde contemporain avec celui de Charles Péguy et son constat est très pessimiste.
     Sommes-nous des rabat-joie? Il se peut.... mais nous pensons sincèrement qu’un pessimiste avec un supplément d’âme vaut mieux qu’un optimiste qui ne pense qu’à enculer son prochain.
Bonne lecture et bienvenue à Loupmont-Meuse
Phil et Jean-François Donny
 

 

LOUP-KAZ

Spécial
Péguy
Septembre

2015

 

Page 1   Page 2

 

Ce numéro spécial tient lieu de communication de l’événement qui s’inscrit dans le cadre du Centenaire.
Nous le dédions à la mémoire de Charles Péguy, génie français mort pour son pays et à notre père
Pierre Donny, instituteur républicain
qui mit sa bienveillance et sa tolérance au service de la République.
Ce parcours restera en place jusqu’en 2018. Nous y attendons tous les “Républicains”.

-------------------------------

Sous-artiste, une affaire qui continue....

mail de Jean-Pierre Masseret, Président du Conseil Général (1er juin 2015)

“Monsieur,
J’ai bien pris connaissance de votre courrier du 21 mai dernier.
Nous condamnons en effet les propos tenus par Monsieur Jean-Luc Bohl.
Nous continuerons d’insister pour que des artistes régionaux puissent être accueillis
dans un espace du Centre Pompidou Metz.
Bien à vous.”

-------------------------------


Cliquez sur l'affiche pour voir le tableau et une galerie de photos

-------------------------------

Communiqué Galerie du Loup
 
Un élu UDI traite Phil Donny de “sous-artiste” au Conseil Régional de Lorraine
 
Chers tous,
       C’est à un dérapage verbal inattendu de Jean-Luc Bohl, conseiller régional et président de Metz-Métropole qu’ont assisté les élus régionaux lors de la séance plénière du vendredi 10 avril (voir article de l’Est Républicain). Grand défenseur du Centre Pompidou-Metz et plus gros contributeur en terme financier (5,1 millions€/an), l’élu UDI que l’on supposerait épris de culture et chantre de l’humanisme a fauté gravement en usant d’une rhétorique héritée des Reichskammerns de Joseph Goebbels. Fort heureusement, je fus fort bien défendu par le président Jean-Pierre Masseret (PS) et Thierry Gourlot (FN) et la réprobation fut générale.
 
 
Intervention de Thierry Gourlot


Réponse de Jean-Luc Bohl

       Artiste et citoyen, j’ai toujours refusé le point Godwin (probabilité qui atteint son maximum dans les débats sur internet et qui se conclut par des insultes de la part des débatteurs) et connaissant les travaux de René Girard (ce grand anthropologue français) sur la violence mimétique, je préfère rester sur les hauteurs et oublier cette sortie de route pour évoquer la réalité d’une situation qui s’aggrave et que je résume dans le courrier adressé à Serge Lasvignes, nouveau président de Pompidou-Paris (en pièce jointe).
J’adresserai à Jean-Luc Bohl, mon bienveillant pardon et mon conseil à sortir de son aveuglement devant cette hérésie culturelle de l’art “contemporain”, l’art des déconstructeurs (des cons destructeurs), des pléonexes, des menteurs, des faiseurs, des qui s’en foutent de tout, tout le temps, des qui ricanent d’avoir abusé le spectateur, des qui roulent en Ferrari, des qui n’évoqueraient pas grand chose si vous ne leur apportiez votre soutien, des qui vous prennent pour un imbécile.
 
       Aujourd’hui les problèmes et les propositions sont sur la table et les sabots de Bourriquet Bellequeue sont aux portes du Centre Pompidou, et c’est en Lorraine qu’il faudra trancher le noeud gordien de l’art “contemporain” qui fait de l’excès sa marque de fabrique!
Merci à vous.
Phil Donny, grand artiste de 1,87m.
 
Article ER Bohl
Avril 2015
Lettre à Serge Lasvignes
Avril 2015
Article ER Pompidou
Janvier 2015

 

Rencontre avec Jean-Pierre Masseret
Président du Conseil Régional de Lorraine
le 8 janvier 2015

Performance du Mouvement Caca du dimanche 05 octobre devant la très sainte cathédrale de l’art contemporain du Centre Pompidou-Metz

Lettre à Alain Seban
Président du Centre Pompidou
Lettre à Jean-Pierre Masseret
Président du Conseil Régional de Lorraine
 
Le Mouvement Caca fête ses 10 ans à Pompidou-Metz
Acte 2 le 5 juillet 2014
 
Chers amis,
Avant la trêve estivale et avant toutes les roucoulades culturelles traditionnelles estivales subventionnées, nous commettrons une dernière ânerie juste avant l’été, le 5 juillet.
Nous vous souhaitons de profiter des vacances pour vidanger tous les tuyaux et revenir l’esprit libéré afin d’apprécier la performance de l’Acte 3 de notre exubérant génie...... en septembre (date surprise).
Phil Donny et Bourriquet Bellequeue
 
CACAPHONIE à l’auditorium du Centre à 20h 30 le samedi 5 juillet 2014
le samedi 5 juillet notre Mouvement jouera une Cacaphonie (bruits d’écurie, vents buccaux et anaux, samples de partitions de Frank Zappa) lors de l’exécution du célèbre 4’33’’ de John Cage.
De la musique, de la vraie Maestro, pardon Stromae!
Seront présents dans la salle les intermittents de la flûte digitale, Warren Cucurello, Phil Gotogon, Roland Gropetty et le dissident à quatre pattes Ouais Aille Aille  ainsi que la chorale des Supreme Najattes.
Does humour belongs to music?....that’s the question floating in the mind of the young persons today.
 

 

1914   “LOUPMONT célèbre Charles PEGUY”   2014
Un évènement commémoratif, intelligent, laïque, métaphysique, poétique, artistique et citoyen


Cliquez sur l'image pour lire les articles de presse


Communiqué de presse
Le Mouvement Caca fête ses 10 ans à Pompidou-Metz, le 13 juin 2014.

Né en 2004, le Mouvement Caca est l’évènement artistique majeur du 21ème siècle,
mais il reste toujours ignoré.
Une décennie plus tard, il est temps de rappeler ce fait artistique aux formateurs et déformateurs de l’art ainsi qu’à tous les informateurs de l’art.

*********
Nous serons présents le vendredi 13 juin à 17 h au vernissage de l’exposition “Formes simples”
avec une oeuvre remarquable et simple “Compression néo-kantienne” de Bourriquet Bellequeue, l’artiste qui échappe à tout paradigme et à toute sociologie.

Elévation et couronnement de Laurent le Bon au titre honorifique de “Chevalier Caca”
Nous profiterons de l’occasion pour remettre au président Laurent le Bon notre couronne
(ou marqueur plastique) et l’élever au rang prestigieux de “Chevalier Caca”
conformément à ce que nous avions annoncé dans notre mail du 5 mars 2014.

Venez découvrir “ce que notre art a de neuf, de primitif, en fait qu’il commence à zéro” .....
ce qui devrait plaire en tous points aux chamanes de Pompidou-Metz qui,
nous l’espérons, nous réserveront un accueil à la hauteur de l’évènement.

Merci à vous et à bientôt.

Cette action sera suivie d’autres actions et créations durant toute cette année anniversaire. Pour s’amuser entre amis.


Projet PEGUY 2014

Notre projet “LOUPMONT rend hommage à Charles PEGUY” est toujours en attente des décisions du comité décisionnel qui lui-même attend que la région Lorraine, partenaire financier, vote le montant de sa participation.


“Le Mouvement Caca à Pompidou-Metz”


Lettre à M. Laurent Le Bon, Directeur du Centre Pompidou-Metz


“Squat d’un collectif d’artistes à Pompidou-Metz”

Le Mouvement Caca réagit et écrit à Aurélie Filipetti


Lettre à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture (mars 2014)



Lettre à Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture (décembre 2013)


Lettre à Laurent Le Bon...avant sa chute (juillet 2013)

 

“La descente de croix” de Phil Donny
visible à l’abbatiale Saint-Michel de Saint-Mihiel du 12 avril au 20 octobre 2013

Nouveaux textes:


3 questions à JP Masseret au sujet de Pompidou-Metz


Tout savoir sur Pompidou-Metz en 2013

repris par le collectif "Sauvons l'Art" sur son site

 

Madame la ministre de la culture,


     En 1916, un groupe d’artistes réunis à Zurich, les 6 du Cabaret Voltaire avaient hurlé leur désespoir en lançant des oumba-oumba à la grande putain capitaliste qui laissait ses enfants s’étriper sur la terre meusienne de Verdun. Tous ces artistes qui sont notre honneur se tairont à jamais: Hugo Ball, Richard Huelsenbeck, Tristan Tzara, Marcel Janco, Emma Hennings et Hans Arp resteront muets jusqu’à leur mort.

     A peu près à la même époque, Marcel Duchamp faisait le malin en élevant au rang d’oeuvre d’art tout objet manufacturé dont la célèbre pissotière de 1917.
Un faux de cette pissotière fut exposé au Centre Pompidou-Metz durant l’été. L’acte transgressif de Duchamp est devenu l’héritage le plus partagé par ses faux héritiers que sont les artistes de la finance internationale et les faux subversifs, subventionnés par votre ministère et les officines qui en dépendent.
En 2004, las de toute cette création infantile tantôt pipi, tantôt caca, j’ai repris à mon compte le geste de Duchamp pour le renverser définitivement, ce fut la naissance du Mouvement Caca. Duchamp avait cassé l’outil de travail des artistes de son époque, je faisais de même en faisant chier mon âne sur les provocations faciles et prétentieuses de mes contemporains. Le “ready made” du vieux joueur d’échec n’était plus qu’un cadavre à la renverse......

     Aujourd’hui, je rejoue le geste du vieux avec tout le recul qu’il mérite, à contre-emploi si je puis dire, et pour une dernière fois me moquer du grand bourgeois que tous les desperados de l’industrie, tous les banksters, tous les robbers barons, Mittal, Pinault, Abramovic....associés à la bureaucratie culturelle française revendiquent et célèbrent au travers de tous ces artistes plastiques bling-bling auprès de qui vous posez.

     Ce couronnement s’adresse à tous ces hommes et à toutes ces femmes à qui on casse l’outil de travail, à tous ces travailleurs qui restent dignes dans l’épreuve.
Je ne connais point cet homme avec son équipement qui criait devant l’Assemblée Nationale,.....son cri devrait vriller et revenir en larsen dans vos délicates oreilles, un peu comme le cri des 6 dadaïstes de Zurich résonne dans ma tête.
     Comme cet homme et comme vous, je suis d’origine modeste, voilà bien notre grandeur et notre dignité.
La barbarie est de retour, j’espère qu’elle ne nous brisera pas le coeur....comme elle fit autrefois.

                                                                                                                                        Bien à vous.
                                                                                                                                         Phil Donny


15 millions d’euros d’argent public lorrain pour Pompidou-Metz en 2012!
 
Chers amis et chères amies,
 
     Je joins la longue lettre que j’adresse au président Jean-Pierre Masseret au sujet de la subvention de 4 millions d’euros que l’assemblée régionale accorde systématiquement à ce coûteux barnum dirigé d’une main de fer par la bureaucratie parisienne: Laurent le Bon à Metz, Alain Seban et Alfred Pacquement à Paris.
     J’ai peu d’espoir quant à la position du président et de l’assemblée régionale qui agiront comme par le passé par le mépris, l’indifférence et la lâcheté.
     Ma position est inchangée: sauver ma dignité d’artiste, rester résolu à ne pas servir, créer encore et encore et quitter cette galère de turpitude culturelle.....qui ne profite à personne avec cette conviction profonde qu’elle prendra l’eau en Lorraine, avec ou sans Aurélie Filipetti.
 
     Lisez cette lettre, c’est celle du courage et de l’honneur, celle de la responsabilité et de l’intelligence.
En attendant d’autres actes créatifs de plus grande ampleur.
     Je vous tiens au courant de la suite.
                                                                  Phil DONNY

     Avec par ordre d’apparition
     Phil Donny: artiste réfractaire,
     Jean-Pierre Masseret: président du CR de Lorraine, collectionneur d’oeuvres Caca,
     Bourriquet Bellequeue: artiste Caca, libertarien et sadien,
    Les fonctionnaires d’élite: Alain Seban, directeur de Pompidou et Laurent Le Bon, directeur de Pompidou-Metz,
     EPCC: Etablissement Public de Coopération Culturelle (5 représentants du CR de Lorraine dont Masseret, Le Déaut......)
     Jean-Jacques Aillagon: vieille gloire ministérielle
     Le pactole: 4 millions d’euros
     Le coryphée des contribuables

Le dernier ouvrage de Jean-François DONNY évoquant ses souvenirs d'enfance
 et la mémoire de notre père décédé en juin 2011

 
Communiqué Galerie du Loup 
Déficit de culture ou culture du déficit?
Préambule
La droite souffre de sa chiasse néolibérale tandis que la gauche se constipe de jour en jour.
Ceux qui nous gouvernent par alternance successive depuis 31 ans partagent le goût du déficit et du mépris des citoyens.
Seul point d’entente entre ces acteurs du spectacle politique, leur croyance en la culture comme facteur de développement économique.
Cette illusion a la peau dure et fait toujours des dégâts collatéraux dans les budgets de l’Etat et des collectivités territoriales et chez les créateurs
de plus en plus prolétarisés et marginalisés. Cette politique officielle a conduit à la fabrique de circuits sévèrement contrôlés par la police artistique
et à l’établissement d’un nombre restreint d’artistes officiels raflant l’argent du contribuable à leur seul profit.
Cette discrimination odieuse, fasciste* sous certains aspects persiste dans sa négation.
Voici quelques exemples concernant la région Lorraine, qui démontrent une fois de plus
la culture collaborationniste de ceux qui disposent de l’argent public
violant ainsi les sacro-saints principes du respect des expressions culturelles et des créateurs.
La question en filigrane de ce texte sera: “Pourquoi” ou “Warum?”*
 
 
11 000 000 € de subventions publiques pour le fonctionnement de Pompidou-Metz
1- mépris et absence des créateurs régionaux (décentralisation très centralisée)
2- 40% de l’espace est inutilisé (1 tube reste vide)
3- privilège et copinage avec les artistes officiels (Buren exposé en 2011 et son installation de miroir en 2012) ou avec les
créateurs internationaux ( l’expo de Sol Lewitt entièrement reconstituée sur place – voir photo)
4- des employés payés à coup de pied dans le fondement et totalement oubliés du manager culturel de l’année, Laurent Le Bon
5- une troïka d’élus régionaux obéissant aux diktats de Paris et signant un chèque en blanc de 4 millions d’€ chaque année depuis 3 ans
 
Sol Lewitt qui lévite du sol au plafond et jusque sur le pull (photo Phil Donny)
 
400 000€ pour une maison fantôme à Delme (Moselle)
Comme quoi le réseau contemporain s’assimile plus à une vraie saloperie de rhizome souterrain et aussi ramifié qu’une plante rudérale urticante dure à combattre.
Delme était connue autrefois pour ses marchands juifs (commerce de bestiaux) d’où la présence d’une synagogue dans ce gros bourg de la ruralité mosellane.
Après la disparition de ceux-ci et la désertification massive de cette campagne, l’idée de transformer cet édifice en CAC (Centre d’Art Contemporain)
a germé chez nos fonctionnaires zélés. Peu fréquenté, ce centre à la politique radicale et extrême, devient le repaire
de directrices vindicatives et stupides. Un malheur n’arrivant jamais seul, voilà que nos élus cèdent
à nouveau au lobby contemporain en finançant la transformation de la maison funéraire, sise derrière la synagogue,
en centre de ressources et d’informations. Les morts de confession juive cèdent la place aux morts-vivants de l’art contemporain.
Un fait d’armes à mettre au déficit de nos élus et de la DRAC!
 
Une nouvelle technique d’isolation ou une nouvelle occasion de se foutre de notre gueule? (photo Phil Donny)
 
120000€ pour 3 sculptures
disposées dans le Parc Naturel Régional de Lorraine ( 55 et 54)
On prend les mêmes et on recommence. Toujours à l’initiative de la DRAC mais avec la complicité du PNRL (Thibaut Villemin, président).
Trois oeuvres en inox poli noir que l’on peut diversement apprécier et qui s’inscrivent plus ou moins dans le paysage. On les trouvera le long de
la ligne TGV, à Creüe, Bouxières-sous-Froidmont et Prény. Après appel à projet, la commande publique retient 2 artistes.....brésiliens!
Bel exemple de décentralisation et de solidarité internationale.
 
A-t-on demandé son avis au paysage? (photo Est Républicain)
 
Voici trois exemples qui résument l’état de notre république culturelle, laissées entre les mains de fonctionnaires qui font les malins
et d’élus sans vision et sans résultat. Le bilan et les retombées économiques, nous les attendons toujours......parce que vous l’aurez compris
ils ne sont pas à la hauteur des sommes engagées. On pourrait multiplier les exemples de cet ingérence de l’art contemporain
dans tous les secteurs de la vie publique, jusque dans les forêts, les lavoirs ou les jardins.
 
Pourquoi cette obsession, pourquoi cet immobilisme de morts-vivants affecte-t-il notre pays?
Cette région est-elle si riche pour consacrer autant d’argent à ces stupidités?
Le président Jean-Pierre MASSERET que nous avons élevé au rang d’ambassadeur Caca (nous expliciterons ce point dans un courrier à venir)
reste notre allié objectif et en lui nous portons l’espoir d’une réaction responsable.
Le temps est venu de mettre un terme à cette imposture coûteuse ainsi qu’à l’odieuse discrimination qu’elle impose.
Nos espoirs portent aussi sur notre nouvelle ministre de la Culture, Melle FILIPETTI.
Caca continuera à financer généreusement ceux qui travailleront de conserve avec lui,
en attendant la construction d’un futur CAC à LOUPMONT – MEUSE en 2016
qui marquera la rupture avec la culture du déficit et le déficit de culture de ce territoire.
 
Et ça vous fait rire? (image numérique de Phil Donny)
 
*fasciste dans le sens de celui qui nie l’autre sans prêter un seul instant à son existence. Je pense à cette scène
racontée par Primo Lévi de ce prisonnier demandant de l’eau à son géôlier. Devant son refus et à la question “Warum?”, le géôlier répond
“Hier gibt es kein Warum?”. J’ai dans d’autres textes évoqué la “shoah picturale” des organismes d’Etat (Drac, Frac) et de tous les moutons
bêlants qui leur emboite le pas. L’acharnement contre la peinture n’a cependant pas les mêmes conséquences que celle de l’indicible meurtre
contre le peuple juif et Dieu soit loué, les fonctionnaires de l’Etat sont malins, ils condamnent les peintres à l’oubli mais pas à la chambre à gaz!
Pour corroborer cette acception de fasciste, je puis apporter mon témoignage personnel, preuves à l’appui.
 
Phil DONNY
 
 
EXPOSITION 2012
“Les coeurs brisés sont-ils pour les trous du cul?”
 

du 12 mai au 23 décembre

 

Téléchargez le dossier de  presse:

 

Avril 2012

Communiqué Galerie du Loup
 
Let it bleed
 
Citoyens, citoyennes,
Je vous invite à lire la longue lettre que j’adresse une fois de plus au président de la Région Lorraine,
Jean-Pierre Masseret
suite à la votation d’une subvention de 4 millions d’euros à Pompidou-Metz en janvier 2012.
Cette votation est scandaleuse et je le démontre dans ce courrier qui use de raison.
J’ai pu vérifier le double langage du président Masseret et son inertie durant ses 8 années de présidence.
Dans le seul courrier de plus de 2 lignes qu’il m’ait adressé, celui du 3 nov 2011, il n’a rien trouvé de mieux que de m’accuser
“d’avoir des propos désobligeants et faux” et de “ne pas développer des arguments sérieux.”
Vous aurez compris que la meilleure défense quand on ne fait rien et que l’on a un bilan aussi catastrophique,
c’est d’accuser l’autre, d’en faire un bouc émissaire et de financer les sectaires de l’anti-art.
C’est nul, tout autant qu’un certain art contemporain.
 
Où sont donc passées les Lumières de notre belle République?
Elles se sont éteintes dans le magnifique lustre fait de tampons périodiques de l’artiste Joana Vasconcelos qui sera exposé à Versailles et nul doute que ce genre de connerie artistique
répond aux missions du service public cher au camarade Masseret.
Je propose à Jean-Pierre d’en financer un fait de tampon périodiques usagés et de l’accrocher dans la grande nef de Pompidou-Metz au dessus de la tête de Laurent Le Bon. La grande classe....et pédagogique!
Faut que ça saigne!
 
Merci à vous.

Performance artistico-financière du 24 novembre 2011
au siège du Conseil Régional de Lorraine


 

Reportage sur Phil Donny et l'Art, diffusé sur FR3 Lorraine le Mardi 4 octobre 2011
(Journaliste: Laurent Parisot)